Service Lab : le Framework d'assistance à la participation citoyenne pour les territoires innovants.

Rachid Ghoula, animateur de la Cyberbase

le 11/02/2011

Nous rencontrons aujourd'hui Rachid, employé à la Cyberbase depuis septembre. Depuis notre arrivée sur les lieux, Rachid est un véritable complice, qui nous introduit auprès des utilisateurs et des associations.

"Quand je suis arrivé ici... on m'a surtout parlé de la fracture numérique. Nos activités... c'est surtout de l'initiation. C'est surtout des seniors qui viennent, avec des objectifs précis: répondre aux mails de leurs petits enfants...les gens veulent tout faire, tout apprendre, et le maître mot c'est "Internet". En fait on se retrouve avec des gens qui souvent ne savent pas se servir d'une souris, et apprennent Internet en même temps que le b-a BA de l'ordinateur."

Pour Rachid, la Cyberbase n'est pas tant le "lieu des nouvelles technologies" qu'un espace de mise à niveau, où les gens apprennent ensemble puis viennent mettre en pratique leurs nouvelles connaissances. Rachid nous explique que le rayonnement de la Cyberbase dépasse les limites de Cenon: les membres affluent des communes alentours, et même de certaines banlieues de la Rive Gauche, comme Pessac. "C'est étonnant le monde qu'on brasse: à peine à la mi année, notre classeur d'adhérents est déjà plein. Les gens du quartier, c'est plus récent. C'est surtout des gosses des rues autour du 8 mai 1945."

Nous demandons à Rachid quelles seraient les améliorations possibles de ce lieu.

"Plus d'ordinateurs, et moins polluants. Ce sont les gamins qui arrivent maintenant qui vont nous apporter autre chose, sur lequel on n'est pas trop équipé pour le moment, que ce soit au niveau jeu, création, photo... Ils apprennent vite et au niveau logiciel on n'est pas en mesure de tout leur apporter."

Est-ce imaginable de construire un projet avec d'autres Cyberbases, sur d'autres communes? Rachid nous apprend que cela existe déjà:
"Le "défi des Cyberbases", on y a déjà participé. On doit répondre à des questions sur Internet, j'ai mis les mômes dessus, ça a plutôt bien marché. Une web-tv, c'est quelque chose qui marcherait bien aussi."

Rachid ajoute que le portail informatique du réseau Cyberbases n'est pas adapté. "Les gens ne l'utilisent pas... on devrait aller vers quelque chose de plus participatif, comme un blog."

Rachid évoque aussi l'intérêt de travailler avec d'autres lieux équipés d'ordinateurs, par exemple les établissements scolaires. "On a déjà une classe qui a fait de la visio-conférence avec un établissement en Allemagne. C'est dommage qu'ici à Cenon, on n'ait pas plus de contact avec les écoles".

Quant au projet du GPV, la "Rive Droite numérique", Rachid estime qu'ils ont "un wagon de retard là dessus". "L'idée d'un Cenon numérique est intéressante, je vois bien qu'il y a des villes qui font ce genre de choses. La médiathèque de Gradignan, par exemple, est un bel outil. Nous sommes plus isolés car un on a la Cyberbase d'un côté, la médiathèque de l'autre, mais ce sont vraiment deux services différents. Je pense qu'il y a des projets faisables avec les quatre communes de la Rive Droite."

http://demo.servicelab.fr/?observation=112
Imprimer cette observation...
  • « certificat de vie de Mr AMETONOU à remettre en urgence au Trésor à Mme ADJOVI. Merci bien Ba »

    frederic ametonou (sommebav [at] gmail.com, le 08/02/2016)
  • « Je ne cherche qu'à maîtriser les outils de l'informatique et j'y parviendrai coûte que coûte. »

    AMETONOU (sommebav [at] gmail.com, le 21/11/2012)
  • « très intéressant.  »

    ametonou f (sommebav [at] gmail.fr, le 09/11/2012)
 :
 :
 :
 :